Forum officiel de De revolutionibus orbium Index du Forum
 
 
 
Forum officiel de De revolutionibus orbium Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Chapitre 2: par delà les ombres
Aller à la page: 1, 2  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum officiel de De revolutionibus orbium Index du Forum -> Espace public -> Base stellaire "écho du passé" -> Grand amiral Thrawn
Sujet précédent :: Sujet suivant  

Quelle note vaut ce Rp?
5
100%
 100%  [ 2 ]
4
0%
 0%  [ 0 ]
3
0%
 0%  [ 0 ]
2
0%
 0%  [ 0 ]
1
0%
 0%  [ 0 ]
Total des votes : 2

Auteur Message
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Mer 29 Juin - 22:25 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Chapitre 2: par delà les ombres

Thème du chapitre: la mort n'est rien...

_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Dernière édition par Grand Amiral Thrawn le Lun 4 Juil - 21:27 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 29 Juin - 22:25 (2011)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Mer 29 Juin - 22:55 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 1: confrontation

Orbite de Némésis, passerelle du traqueur "Le foudroyant", 233 ans après la révolution, 3 heures avant le début de la bataille de Némésis 20 ans avant l'opération justice

-Mon commandant? J'ai le pc en ligne.
-Si c'est pour envoyer des renforts, passez les moi. Sinon dites leur que je suis parti faire des gauffres.
-Je vous entend Thrawn.
-Oh.
-Si vous survivez à cette journée on en reparlera. Je vous conseille aimablement d'eviter ce genre de réflexions à l'avenir.
-Oui monsieur.

Un holograme, réplique exacte du correspondant de Thrawn, se materialisa sur la passerelle.

-Au fait que pensez vous du foudroyant et de la VIème flotte, commandant?
-Un bon vaisseau, une bonne flotte. Mais j'ai beaucoup entendu dire que ça ne suffirai pas pour cette mission. Est ce vrai?

"Le foudrayant" était un vaisseau de classe traqueur, dernier né de la marine républicaine de Nirauran. Tout en longueur il se composait de deux parties. Un premier morceau en forme de lame comprenait les réacteurs à l'arrière, les différentes zone de vies de l'equipage au centre, les batteries anti-chasseurs et tout à l'avant le pont de commandement. Un second module plus petit de forme cylindrique était relié au premier. Il s'agissait d'un canon lourd à répétition, une arme dangereuse pour n'importe quelle cible depassant le mètre. Le vaisseau amiral de la VIème flotte venait d'être placé sous l'autorité du fraichement promu commandant Thrawn et son équipage précédent l'avait suivi à bord. Le commandant aimait s'entourer de "ses" hommes.
La VIème flotte avait bonne et mauvaise réputation à la fois. Sur la technique, rien à redire. Des officiers expérimentés, des soldats disciplinés, de bons vaisseaux... Mais il était de notoriété publique que la VIème flotte était un bastion anti-républicain. Des nostalgiques de l'empire d'avant la révolution notament. La VIème flotte recevait donc les missions les plus dangereuses et les plus ingrates. Rien qui ai amélioré leurs sentiments envers la republique et les "bienveillantes" super-corporations, véritables conglomérats financiers à la tête du gouvernement de Nirauran.
Sur la passerelle le commandant Thrawn faisait face à l'holograme. Le pont de commandement se composait de deux niveaux superposés: en bas une dizaine de pilotes controlaient les différents indicateurs du vaisseau sur leurs moniteurs. Au dessus d'eux la passerelle s'étendait tout en longueur, quasi menacante. Les soldats la surnomait "la corniche". Elle formait un en effet comme un promontoir: un long couloir partant du boût du pont placé à près de cinq mètres au dessus des pilotes. "La corniche" habritait les officiers: un moyen bien pratique de surveiller les manoeuvres. Elle était meublée d'une unique console circulaire autour de laquelle s'installaient les officiers et du "trone": le fauteuil du commandant d'où il observait tout. L'ensemble donnait une vue panoramique sur l'espace alentour à travers une immense baie vitrée.
L'hologramme disparu une seconde avant de revenir un data-pad à la main.

-Bien je vous fais un dernier topo. Némésis est une planète moyenne assez proche de son soleil. Elle a été dévié vers celui ci lors de la grande bataille de Némésis au cours de la seconde guerre universelle contre les extra-terrestres abyssaux. C'est un point important. Des centaines de milliards de tonnes de débris se sont écrasés sur la planète. A l'epoque l'univers était un peu occuppé avec les abyssaux et personne n'a pu en récupérer autre chose que des miettes. Actuellement Némésis est une planète qui regorge de métal, de cristal et où l'on deterre régulièrement des artefact issus de la flotte des abyssaux. Un monde très important comme vous pouvez l'imaginer. Jusqu'ici vous suivez?
-Oui monsieur.
-Bien. Il y a peu l'empereur Asana de Némésis est mort. La Symatec-corp a recu de l'officium un contrat de gestion des ressources planétaires. Inutile de commenter je sais ce que vous pensez des super corporations. Et vu votre position à la tête d'une mission suicide, actuelle je ne suis pas le seul. Le contrat avec l'officium cesse dès qu'un empereur réclame la planète et y deploie les infrastructures necessaires. Recament un empire a réclamé la planète. Le gouvernement local élu...
-Atchoum! Excusez moi.
-... Thrawn?
-Oui monsieur?
-Vous êtes insuportable. Je disais donc que le gouvernement local ayant à coeur les intérets de Némésis...
-Atchoum!
-... Et de leur protecteur la Symatec-corp ont réclamé de l'aide pour les repousser. Notre république a décidé...
-Atchoum!
-... A accepté de répondre à leur demande et d'aider la Symatec-corp à défendre la planète.
-C'est légal pour une entreprise de défendre ainsi son contrat de tutelle? Ils ne ralent pas à l'officium? Mission suicide je veux bien mais si l'officium s'en mêle, ils risquent de raser la planète...
-Disons que vu qu'aucun vaisseau n'appartient en propre à la Symatec-corp ils ferment les yeux. Bon la flotte d'attaque est commandé par l'amiral Cérèbe.
-Je connais. Un bon officier, de très bonne réputation. Concrétement ils ont quoi? Sur le rapport l'officier de renseignement disait juste "mission suicide".
-En gros ils sont à 3 contre 1.
-Oh. Je vois. En fait l'officium juge que ce n'est qu'une exécution, pas une défense sérieuse. Donc il s'en moquent comme de leur première étoile de la mort...
-Hum... Votre but n'est pas de les détruires tous... Deux vaisseaux de colonisation accompagnent la flotte d'attaque. Détruisez les et ils se replieront.
-Monsieur... Et les civils qui sont à bord de ces vaisseaux?
-Avec un peu de chance ils arriveront aux nacelles avant l'explosion.
-Ca m'etonnerai.
-Perte collaterale. Vous n'êtes pas dans une école maternelle Thrawn. Nous sommes en guerre... Ces civils étaient conscient des risques en embarquant.
-Oui monsieur.

"Ouais pas de doute c'est bien une putain de mission suicide... Pensa Thrawn"

-Rien d'autre Thrawn? La flotte d'attaque devrait arriver d'ici 3 heures.

"Trois heures pour se préparer au massacre..."

-Non monsieur.

-Bien. Bonne chance Thrawn. Faites nous honneur. PC terminé.

Sans attendre de réponse l'holograme disparu. Thrawn balaya le pont du regard. L'activité habituelle s'était suspendue. Les deux officiers pilotes, le navigateur et le quartier maitre fixaient le commandant. En contrebas de la paserelle, les pilotes gardaient le nez sur leur ecrans mais ecoutaient avec interêt.

-Je vous informe que le vaisseau est en train de faire demi tour. C'est voulu?

Aussitôt le travail reprit et le vaisseau retrouva une trajectoire droite. Vaguement agacé Thrawn s'assis dans son fauteuil de commandement. D'ici il pouvait contempler à travers la baie vitrée du pont la petite flotte sous ses ordres, regroupée au dessus de Némésis. Il sourit et tourna le dos à la baie.

"Parfait!"

-Quartier maître Vaan, pourriez vous m'accorder un instant?
-Oui monsieur!

Le jeune officier arretta de taper sur la console et rejoignit le commandant. Le travail de quartier maître était difficile. Il devait veiller au moral et à la discipline mais sur les grands vaisseaux s'était également lui qui assumait le commandement au cas où le commandant légitime serait incapable de le faire. Ce poste important était rarement confié à un officier aussi jeune qu'Orlo Vaan.
Sorti de l'ecole d'officier à 23 ans il avait commencé une carrière brillante sur le croiseur "Neméria". Cité cinq fois, il avait reçu une medaille pour ses actions héroiques lors de la première bataille de Nirauran. Il était question de lui confier son premier vaisseau... Jusqu'a ce qu'il démolisse le commandant de la Vème flotte six mois après sa première affectation. Pour d'obscures raisons le commandant n'avait pas porté plainte mais l'avait affecté à la VIème flotte sur le vaisseau de Thrawn, alors capitaine.
Celui ci l'avait acceuilli avec un "au premier ecart de conduite je vous balance personnellement par le sas. Bienvenue à bord." Leurs relations étaient rapidement devenue plus cordiales. Et puis il y eut l'expédition contre les esclavagistes de Luna VI. Un désastre au cours duquel le commandant de la VIème flotte laissa la vie. Le capitaine Thrawn réagit avec un grand sang froid et parvint à éviter la destruction complète de la flotte. Orlo Vaan se distingua lui aussi à cette occasion. Suite à cette bataille Thrawn fut nommé commandant de la VIème flotte et l'officier Vaan devint quartier maître. Depuis le commandant et lui se considéraient comme des amis.

-Oui monsieur? Un problème?

Thrawn sourit.

-Au contraire, au contraire. Placez vous face à moi.

Il s'executa.

-Comme cela monsieur?
-Parfait. Ne bougez plus. Navigateur Perlins, sommes nous en position, au centre de la formation comme je l'ai demandé?

L'homme contrôla son écran.

-Oui monsieur!
-Bien! Quartier maître, que voyez vous? Sans bouger!
-Heu... Vous?

Le commandant soupira.

-Que voyez vous derrière moi?
-Le pont?

Les yeux sans pupille du commandant se mirent à luire plus fortement. Mauvais signe.

-Par la baie vitrée! Est ce qu'on voit la disposition des vaisseaux?
-Oh! Oui effectivement.
-Vous en êtes bien sûr? Notre survie éventuelle en dépend.

Le quartier maître déglutit.

-Oui... Certain monsieur.
-Bien, bien bien... Contactez moi l'amiral Cérèbe sur un canal ouvert. Visio-com pas holo. Je ne veux pas que notre conversation soit enregistrée.
-Mais heu... Il va voir notre flotte monsieur...
-C'est l'idée mon cher ami...

Le commandant alla jusqu'à se frotter les mains.

"Je rêve ou il est joyeux? Il a raté le speech où le pc disait qu'on serait à trois contre un? Se demanda le quartier maître en pianotant sur la console. Où alors il a un plan... Encore. La dernière fois on a failli y rester. Pourquoi en visio-com? Pour lui montrer nos forces je suppose... Mais pourquoi faire?"

-Ca vient?
-Oui monsieur. Quand vous voulez.
-Maintenant.

Une fenètre carré suspendue dans l'air s'ouvrit face au fauteuil de commandement. Le visage de l'amiral Cérèbe et sa salle de communication y apparu comme sur un ecran.

-Commandant Thrawn! Quel plaisir de vous voir... Que me vaut l'honneur?
-Bonjour amiral Cérèbe. Un plaisir partagé, j'esperait parler avec vous depuis longtemps. Ma flotte est affecté à la défense de Némésis. Mais vous êtes au courant je suppose?

L'amiral Cérèbe était un homme souriant à la moustache fournie. Son sens de l'honneur et sa courtoisie cachaient pourtant une grande determination et un sens tactique à toute épreuve. Pour l'heure il semblait joyeux.

-En effet. Quelle tristesse, vous ne trouvez pas? Je crois que vous et votre flottes avez un compte à régler avec les super-corporations? Nous sommes faits pour nous entendre, ne croyez vous pas? Je vous sent hésitant...

"C'est pas possible... Comment attirer son attention sur la baie? pensa Thrawn"

-Commandant Thrawn?
-Pardonnez moi, je réfléchissais. Quel plaisir de discuter avec un homme intelligent... En effet la possibilité m'a traversé l'esprit. Mais et les Némésis?

Un silence de mort tomba sur le pont. Le commandant parlait ouvertement de trahir. Chacun s’interrogeait d'ailleur. Changer de vie. Dire adieu au passé, aux missions suicides et au statut de chien chien préféré des super corporations. Tentant pour beaucoup...

-Les Némésis? Je n'appellerai pas vraiment ça une invasion. C'est plutôt une libération. Grace à nous ils echapperont à la botte des super-corporations...
-Trouvez autre chose. Ils echangerons un maître contre un autre. Je n'y voit pas motif à desobéir. Même si nous ne sommes que des pions sacrifiables...

Il ponctua sa phrase d'un geste négligent au dessus de l'épaule. Le regard de son interlocuteur suivi par reflexe. Puis son expression changa une seconde. Il avait vu la disposition de la flotte à travers la baie. Il se repris presque immédiatement mais Thrawn le remarqua.

-... Notre sang et notre loyauté restent propriété de la république. Croyez bien...

"Enfin il l'a vu... Pas trop tôt. Surtout ne pas sourire..."

-...Que je regrette de ne pas pouvoir m'entendre avec vous. Pas d'autres propositions pour éviter ce massacre?

Son interlocuteur sourit.

-Vous êtes un homme... Enfin quelqu'un de loyal. Etes vous seulement humain au fait?
-Je n'en sait rien et je crois que nos sujets de préoccupation actuels sont nettement plus grave vous ne trouvez pas?
-J'en convient. Vous ne vous rendrez pas non plus je suppose?
-Je me rendrais quand je ne pourrai plus me battre. Thrawn terminé.

La fenêtre disparu. Thrawn tourna son fauteuil. Et il éclata de rire. Les officiers le regardèrent éffarés.

-Monsieur?
-Ah ah ah! C'est trop drôle! Il a mordu!
-Mordu monsieur?
-Hi hi... Bien sur Vaan! Il a vu la disposition de nos forces. Il nous croit dos au mur prêts à nous battre pour nos vies sans espoir de victoire. C'est drole vous ne trouvez pas?

Il eclata une nouvelle fois d'un rire sonore. Les officiers avaient l'air mi-abattus, mi-effarés. Thrawn se repris. Un peu.

-Ah je vois. Vous n'avez rien compris? Je vous laisse la surprise alors... Quand j'y repense ce n'est peut être pas si drôle. On a quand même toutes les chances d'y rester... Bon on va commencer par le laisser cogiter un peu... Mais rappelez vous: pour vaincre un ennemi il faut le prévoir... Et je sais ce qu'il va faire!
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Sam 2 Juil - 21:43 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 2: hésitation

Base de la flotte d'attaque, pont du bombardier "Tristan", 233 ans après la révolution, 3 heures avant le début de la bataille de Némésis

Depuis la fin de la visio-com, l'amiral Cérèbe arpentait le pont. Il pensait à voix haute.

-C'est trop beau... Ca ne peu pas être vrai... Ce doit être un piège. Oui c'est surement un piège. Mais où est le piège? Après tout il a pu se tromper, oublier... Ou bien est ce un test, un moyen de négocier sans le dire? Ou alors...

Il se tourna brusquement vers ses officiers.

-Repassez moi la vidéo et faites moi un holo des positions énnemies. Servez vous de ce qu'on voit à travers la baie à l'arrière plan.

L'amiral marcha vers la baie. Il s'accouda au bastingage, tournant et retournant sans fin le problème dans tous les sens. Plusieurs minutes s'écoulèrent.

-Monsieur? C'est fait.

L'amiral s'approcha de la console au dessus de laquelle flottait un hologramme. On y voyait Némésis ainsi que les vaisseaux de la VIème flotte. "Le foudrayant" se trouvait à l'ecart, pointe dirigée vers le coeur de la formation.

-Ordinateur calcule la position actuelle du foudrayant s'il maintien son cap et sa vitesse.
-Reçu, calcul en cours...

L'hologramme du vaisseau changa de place. Il se rapprocha légérement de la planète et du reste des vaisseaux. L'amiral se pencha.

-Bien. Ordinateur calcule le temps nécessaire aux autres vaisseaux pour atteindre ce point.

L'amiral pointa du doigt une position face à la planète.

-Calcul terminé. Durée estimée: 2 h 14.

L'amiral se redressa.

-Donc il peut y arriver...

Il se tourna vers ses officiers.

-Un petit malin ce Thrawn. Ou un imbécile complet. Voyez vous j'avais prévu que le commandant ennemi chercherai à detruire les vaisseaux de colonisation pour nous obliger à battre en retraite. J'ai donc planifié de n'envoyer les deux vaisseaux civils qu'après avoir pris le contrôle de l'espace orbital et ainsi les sauvegarder du combat. Seulement... Je crois que Thrawn a abandonné cette tactique et a planifié de nous prendre à revers.
 a abandonné
Il indiqua la flotte sur l'holo.

-Voyez vous, si c'est bien là leur position, il suffira de faire feu en sortant de l'hyperespace tout en montant les boucliers avant. Mais si c'est fait volontairement et qu'il deplace la flotte ici loin de la planète... Nos vaisseaux seront pris à revers. Dans les réacteurs, et si les boucliers cèdent on finni en petites particules dans le vide. De très petites particules.
-Amiral, intervint un des officiers, pourquoi on ne saute pas à droite ou à gauche de cette position?
-Si on saute vers un point autre que celui là on risque au mieux de se retrouver dans le système d'a coté, au pire dans la planète. Un artefact des abyssaux déforme l'hyperespace sauf sur ce point et Thrawn le sait. Un autre avantage de cette foutue planète. La seule chose qu'on puisse calculer c'est de sauter plus près ou plus loin de la planète. Bien on a donc deux choix: soit on saute au point prévu et s'ils sont bien en face ils seront détruits rapidement. Soit on part du principe que c'est un piège et on saute le plus près possible de la planète. S'ils sont en derrière on a le temps de se retourner. S'ils sont en face ce sera un massacre à bout portant. Des suggestions pour ne pas y rester? A trois contre un ce serait déshonorant... Rah, maudit Thrawn! Il joue avec moi... Il sait que je refuse de miser sur une possibilité... Si j'envoie des éclaireurs... Non ils seraient détruits immédiatement, des pertes vaines. Que faire?
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Sam 2 Juil - 21:54 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode trois: engagement

Orbite de Némésis, pont du traqueur "Le foudrayant", 233ans après la révolution, une heure avant le début de la bataille de Némésis

Le commandant Thrawn attendait, lové dans son fauteuil. Sur le pont tout le monde attendait qu'il bouge, attendait de voir comment il agirait. Il ouvrit les yeux.

-Appellez l'amiral Cérèbe comme prevu. Il est temps de gagner la bataille.


Base de la flotte d'attaque, pont du bombardier "Tristan", 233ans après la révolution, une heure avant le début de la bataille de Némésis

-Amiral! Thrawn en visio com!
-Passez le immédiatement! Il va me donner ma réponse... Dans une seconde nous saurons si c'est un piège.

Une fenêtre s'ouvrit face à l'amiral. Il souri. Derrière Thrawn par la baie il voyait la flotte, devant la planète. Plus qu'à sauter et à laisser jouer leur supériorité numérique. Les vaisseaux de Thrawn n'auraient plus le temps de leur passer dans le dos.

-Commandant! Nous allions justement partir... Auriez vous reconsidéré ma proposition?
-Pas tout à fait... En fait j'en ai deux: renoncez à réclamer Némésis et nous vous épargnerons.
-Vous plaisantez?
-Non. J'attendais cette réaction. Tant pis. Pour la seconde j'aimerai que vous laissiez les colons de Némésis hors de ça. Si vous gagnez ça ne changera rien.
-J'y penserai.
-Merci amiral. A bientôt. Thrawn, terminé.

La fenêtre disparue.

-Je suis décu. On m'avait pourtant dit du bien de ce Thrawn. Mais...
-Monsieur? C'est encore un piège!

L'amiral se tourna vers l'officier un sourire au lèvres.

-Laissez moi deviner. Vous avez localisé l'appel comme je vous l'ai demmandé tout à l'heure et "le foudrayant" se trouve non pas devant comme le suggère l'holo mais derrière notre position de saut.
-Je... Oui. Comment avez vous fait?
-C'est ce que j'aurai fait aussi. Il remonte dans mon estime. Un montage vidéo passé en boucle dérrière lui et le tour est joué. Dommage que je l'ai vu venir. Il a abattu sa dernière carte... Mais son appel était trop précipité, trop minuté pour que ce soit une erreur. Cela ce voyait clairement qu'il n’appelait que par prétexte. Enfin... Dites à la flotte de sauter au plus près de la planète. Il est temps de gagner cette bataille.


Il se retourna vers la baie.


-Je me demande qui vous êtes Thrawn... Si vous vous êtes réveillé ce matin en sachant que vous viviez votre dernier jour. Je ne veux pas votre vie mais je dois faire mon devoir et obéir tout comme vous... Puisse Dieu me pardonner les morts qui vont le rejoindre par ma faute.
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Sam 2 Juil - 23:22 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 4: quelques part au milieu des ombre




Zone inconnue, 233 ans après la révolution, une heure avant le début de la bataille de Némésis




-Kad!
-Nat. Tu devrais te reposer, nous sommes en cycle de sommeil.
-Je n'ai pas sommeil. Suis moi, je dois voir le conseil tout de suite.
-Encore un hérétique? Remarque je les comprend, ce que nous faisons n'a plus vraiment de sens étant de donné que 1 n'est plus lui même...
-Son nom est Thrawn! Est ce que je t'appelle 47?
-Le nom de ce qu'il en reste tu veux dire... Enfin c'est sans importance. Thrawn est en danger.
-La routine.
-Kad!


L'homme qui s'était assis sur sa couchette se leva, attrappa une chemise qu'il enfila et actiona l'ouverture de la porte de sa petite cabine.


-Passe devant je te suis...


La jeune femme brute qui venait de le révéiller sortit au pas de charge dans un couloir. Le dénomé Kad la suivit, un petit sourire au lèvres. Il jeta un coup d'oeil distrait par l'un des hublots sur le vide spatial.


"On ne bouge pas, remarqua il. Sans doute la raison de l'agacement de Natalia..."


Ils marchèrent un moment sans rien dire avant de parvenir devant un ascenseur. Natalia y monta la première et tapa frénétiquement sur le clavier. Kad la rejoignit juste avant que la cabine ne se mette en mouvement.


-Tu as révéillé les membres du conseil? Tu sais combien Sliper déteste être révéillée... Elle n'aime rien plus que se reposer depuis qu'elle peut dormir... Sans parler de Rives qui rale dès qu'il a un prétexte.
-Kad...
-Ok. Mettons que je n'ai rien dit.


L'ascenseur s'imobilisa et s'ouvrit sur un niveau semblable au précédent. Natalia avança jusqu'à une porte semblant mener vers le centre du vaisseau. Elle et Kad entrèrent dans une pièce démesurée ou seulement cinq sièges étaient installés. Ils avancèrent vers les sièges dont quatres seulement étaient occuppés. Un siège vide tronait au centre.


-Ah enfin! S'exclama l'homme au visage coupant du siège placé à droite.
-Ouha... J'ai failli me rendormir. surenchéri la femme placée à côté de lui.
-Les deux raleurs de service, silence! Hurla l'homme assis à gauche
-Messieurs, madames... Un peu d'ordre! Acheva d'un ton péremptoire la femme assise à gauche. Natalia... J'ai entendu votre rapport en premier. Arno vous confirmez?
-Thrawn va mourir, Tara. Sous peu, c'est inévitable. Désolé Natalia. En revanche j'ai... Aperçu une option. Cela risque de...
-Epargnez nous les détails, que doit on faire!?


Kad était resté derrière Natalia et semblait assez peu concerné, alors que celle ci semblait au bord de la crise de nerf.


-Nous devons appeller l'officium. Rives c'est toi qui le fera. La maison doit rester à l'abris dans le vide. Tara dois partir avec moi et... La plupart des Neruni. Ce point n'est pas clair... Sliper tu dois juste rester ici et attendre.
-Partir où Arno?
-Sur Nirauran. C'est la seule chance de sauver 01 mais plus tard après sa mort. Comme avant l'éveil...


Un silence de mort tomba sur la pièce.


-C'est pour 01.


La dénomé Tara se leva et se plaça face au siège vide.


-Si c'est pour 01 je le ferais. Je te fais confiance Arno... Thrawn doit mourir mais 01 reviendra. C'est ce que tu as vu?
-En gros. Ou Thrawn prendra la place de 01.
-Bien alors explique nous quoi faire...
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Lun 4 Juil - 21:57 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Pont du bombardier "Tristan", 233ans après la révolution, 20 minutes avant le début de la bataille de Némésis


L'amiral Cérèbe ne cessait depuis le départ de peser le pour ou le contre. Se replier? Attaquer comme prévu? réclamer des renforts? Supplier l'empereur d'abandonner Némésis? Mais il parvenait toujours à la même conclusion: 


"Si j'ai eu raison nous vaincrons. Si j'ai tort, nous mourrons. Dans les deux cas nous auront fait notre devoir au maximum de nos possibilités..."


Bien avant l'arrivée prévue, il y eut un premier choc qui secoua le vaisseau.


-Au rapport, aboya il!
-Amiral! Je ne comprend pas on amorce la décélération! Le reste de la flotte poursuit sa route! Nous devrions toujours êtres en hyper espace, nous sommes au milieu de nulle part, on ne peut tout simplement pas...
-Sortez nous de là officier!
-Impossible amiral, plus rien ne répond!


Le Tristan fut littéralement catapulté hors de l'hyper-espace. Plusieurs personnes dans le vaisseaux tombèrent à la renverse sous la violence du choc.


-Officier, au rapport! Tout de suite!
-Monsieur on est... C'est impossible. Complètement aberrant...  Nous sommes dans les régions inconnues. Hors des routes de l'hyperespace... Nous n'avons pas programmé des coordonnées d’expédition mais nous nous trouvons en plein dans les régions inconnues... C'est...
-Ça va on a compris... Au postes de combat, alerte de niveau 2 sur tout le vaisseau! Ce Thrawn doit y être pour quelque chose...


Une sirène se mit à hurler. Simultanément les compteurs du tableau de commande s'affolèrent.


-Amiral, nous sommes attaqués! Les boucliers, les armes... Rien ne fonctionne... Chasseur ennemi en visuel!


Un appareil approcha du vaisseau à vitesse rapide.


-Faites décoller nos chasseurs! Il faut gagner du temps pour évacuer...
-Négatif monsieur les portes du hangar ne s'ouvrent pas!


Le chasseur se rapprocha et fonça vers le pont. L'amiral se tint debout face à lui, fixant l'invisible pilote à travers la baie. Le chasseur rasa le pont sans faire feu et tourna un moment derrière le vaisseau, comme indécis. Puis il disparut. Littéralement.


-Que... Amiral l'énergies revient! Paré à rejoindre la flotte!
-Sautez!


Le Tristan s'enfonça dans l'hyperespace et en quelques secondes se trouva en sécurité. Le personnel du pont hurla sa joie.


"Je me demande si nous saurons jamais le fin mot de cette histoire... C'est bien qu'ils soient heureux, ils oublient la rude bataille à venir..."
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Lun 4 Juil - 22:08 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 5: fourberie

Orbite de Némésis, pont du traqueur "le foudrayant", 233 ans après la révolution 10 minutes avant le début de la bataille de Némésis

-Voyez vous, Vaan, la vie est parfois comme une partie d'échecs. Une fois qu'on a compris comment fonctionne l'adversaire il est facile de le prévoir et de l'amener où l'on veut qu'il aille. Cérèbe est un homme intelligent, prudent mais sans aucune imagination. L'induire en erreur est donc facile.
-Monsieur... Le montage vidéo je comprend. Mais pourquoi...
-Vous voyez si l'ennemi pensait comme vous la bataille serait perdue. Mais il est plus malin et ça le perdra. Croyez moi il sautera là ou je l'ai dit. Pas ailleurs. Cet artefact fait décidément des merveilles. Détendez vous. Si je me suis trompé on le saura vite croyez moi... On sera détruits très vite.
-J'ai confiance en vous monsieur.
-Ma stratégie suffira pour gagner mais pour survivre... Enfin on verra bien. Branchez moi avec la flotte.
-A vos ordres.

Le quartier maître pianota sur la console.

-C'est fait. Quand vous voulez monsieur.
-Hommes et femmes de la VIème flotte! Vous tous qui avez traversé tant d'épreuves sans faiblir, votre courage et votre compétence ne sont plus à prouver. C'est aujourd'hui à moi de faire mes preuves. Aujourd'hui une fois encore le sang coulera. Certains d'entre nous vont mourir. Peut être tous. C'est souvent, trop souvent le destin du soldat. L'ennemi est nombreux. Mais nous, nous savons qu'une bataille ne se gagne pas par le nombre, mais par la valeur. Et ceux qui osent se mesurer à nous vont l'apprendre! L'ennemi s'attend à une bataille facile, à nous voir faibles, appeurés et implorant une mort rapide et sans gloire. Nos chefs eux mêmes croient la victoire impossible et espèrent notre mort. Ils verront tous à quel point ils se trompent. J'ai du me séparer de la force principale pour des raisons stratégique et ce sera donc à vous de frapper. L'ennemi vous croit autour de moi et va arriver devant vous. Détruisez les jusqu'au dernier! Pour ceux qui sont tombés, pour ceux qui tomberont nous allons vaincre ou mourir! Thrawn terminé.

Le quartier maître se pencha.

-Un beau discours monsieur. Mais vous êtes sur de vous?

Thrawn le regarda en souriant.

-Au pire s'ils arrivent au mauvais endroit on fera un carton magistral avant de nous faire déscendres. Une seule chose est sure: à moins d'un miracle, ce vaisseau va y rester.

Hyperespace, pont du bombardier "Tristan", 233 ans après la révolution, début de la bataille de Némésis

L'amiral était debout devant la baie. Il souriait.

"Au fond c'est triste. Ce Thrawn est intélligent. Il se préoccuppe des vies en jeu. Il est loyal. Quel dommage de devoir le détruire..."

-Amiral? C'est fait vous êtes branché ave la flotte.
-Ici l'amiral Cérèbe. Aujourd'hui est un grand jour, soldats. Un jour de gloire. Aujourd'hui nous avons l'honneur de libérer une planète du joug des super-corporations, une planète qui rejoindra bientôt notre glorieux empire. Mais ces lâches des super-corporations ont peur de vous, peur de combattre. Ils envoient leurs chiens de Nirauran le faire pour eux. Montrons leur ce qu'il en coûte de défier notre empereur et que plus jamais ils n'osent seulement nous regarder! Pour l'empire! Bonne chance soldats.

La flotte sortit de l'hyperespace A moins d'un klik de la planète. Boucliers arrières relevés au maximum et prêts à se retourner.

-Que?

Le massacre commenca. La VIème flotte se tennait à bout portant face à eux et se mit à tirer. Les boucliers avant cédèrent en quelques secondes et un deluge de feu s'abatti sur la malheureuse flotte.


-Comment?

Les vaisseaux explosaient les uns après les autres autour du "Tristan". Malgré sa superiorité numerique, la flotte d'attaque était dépassée. Attaqué par surprise elle peinait à manoeuvrer. De croiseurs entrèrent collision en tentant de se dégager.

-Amiral! On a perdu 30% des forces! On fait le maximum pour remonter les boucliers... Que doit on faire monsieur!?

L'amiral regardait le massacre, hébétté. Piégé... Thrawn l'avait piégé. Comment? Ils n'avait pas pu revenir en si peu de temps... L'amiral compris.

"Il a agit exactement comme s'il voulait me contourner. Il m'a poussé à penser que c'était là le piège, en tablant sur le fait que je verrais à la fois la flotte et à la fois le montage. Et je n'ai pas pensé qu'il pourrait s'exposer en se séparant de ses troupes. J'ai pensé: position du foudrayant=position de la flotte. C'est finis, j'ai perdu. Mais je peux encore sauver mes troupes... Et l'honneur."

Une fenêtre s'ouvrit face à l'amiral.

-Rebonjour Amiral. Etes vous enfin disposé à vous rendre? Ou dois je achever votre flotte?

L'amiral se ressaisi.

-Je vous ai sous estimé, Thrawn. La victoire est peut être perdue mais je sauverai au moins mes hommes et mon honneur. Comme vous disiez, je me rendrai quand je ne pourrais plus me battre.

Thrawn soupira. Pourquoi était il sur que l'amiral choisirait cette sortie?

-Si vous faites ce que je ferais, je vous informe que vous mourrez et moi aussi. Cessez le combat, c'est inutile.
-Adieu Thrawn.

La fenêtre disparue.

Orbite de Némésis, pont du traqueur "le foudrayant", 233 ans après la révolution, bataille de Némésis

-Commandant! Le "Tristan" manoeuvre! Il ne tire pas mais il cherche à s'interposer entre nos forces et les siennes. Les survivants de la flotte ennemie font demi tour, ils s'enfuient.
-Je vois. Il sauve l'honneur et les survivants... Il bloque nos tirs, détruisez le.
-Monsieur il ne tire pas.
-Il veut voir si j'hésite. Dites à la flotte de l'abattre ou il s'autodétruira au plus près de nos force pour nous infliger un maximum de pertes. Tirer sa révérence avec panache c'est son seul souhait desormais. Il fait ecran pour empecher nos forces de poursuivre ses hommes et me tue en passant. Les survivants de la flotte ennemie arrivent par ici et avant de sauter ils vont nous détruire Le reste de la flotte est trop loin, isolés nous ne tiendrons pas une minute. Un vrai gachis. Descendez le Tristan. Dites aussi à l'equipage de rejoindre les nacelles de survie. Pour moi aussi si c'est la fin, ce sera une fin honorable...
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Lun 4 Juil - 22:25 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 6: l'agonie

Orbite de Némésis, pont du bombardier "Tristan", 233 ans après la révolution

L'amiral s'appuya sur le bastingage, un sourire étrange sur les lèvres.

-Et voila... Murmura il pour lui même. L'heure de vérité. La dernière.

Il se tenait seul sur la passerelle. L’équipage était parti à bord des nacelles de sauvetage. Il secoua la tête.

-Quel gâchis... Ah Thrawn... Mon dernier gâchis. Le final. C'est étrange cette impression que vous êtes à coté de moi. Nous avons servi nos peuples. Cette fois le votre a gagné. Et vous avez peut être compris que pour eux comme pour nous cela ne change rien. La partie se poursuit entre nos maîtres, sans nous... Sans les pauvres pions que nous sommes.

Il éclata de rire.

-Je vais mourir comme j'ai vécu. Dans une bataille livrée au nom de mon peuple. De l'honneur... Ça parait si vain maintenant... Je n'ai pas de regrets, pas même de peur. Rien que le vide, le vide infini. La paix. Votre flotte met bien longtemps à tirer... Hésiteriez vous au vous au moment du coup de grâce? Quand l'adversaire a perdu il faut l'achever pour gagner. A votre décharge, je n'ai jamais aimé faire ça non plus...

Le "Tristan" se rapprochait toujours de la flotte de défense. Et le déluge de feu commença. Le rire de l'amiral se fit plus sonore encore.

-Non, pas d'hésitation. Merci... Rendez vous en enfer cher ami!


Et dans un dernier rire de son amiral, le Tristan explosa

Orbite de Némésis, pont du traqueur "le foudroyant", 233 ans après la révolution

-Monsieur! Le "Tristan" est tombé mais l’équipage a pu fuir dans des nacelles de sauvetage. Vous pensez que l'amiral s'en est tiré?

Le commandant était lové dans son fauteuil.

-Non, il n'aurait jamais laissé son poste. Sa vision de l'honneur ne peut supporter une fuite après une telle défaite.

Il se leva et marcha jusqu'à la baie vitrée.

-Nous trouvez vous pas la mort fascinante, Vaan? J'ai vu un nombre incalculable de gens mourir et je reste pourtant toujours étonné. L'instant d'avant il est vivant, un facteur imprévisible, mobile, libre, capable de penser dans la toile du destin. Vivant. Et l'instant d'après il n'est plus qu'un souvenir... Un fantôme dans l'esprit de ceux qui l'ont connu.

Il se tourna vers le quartier maître.

-Je me suis souvent demandé comment serait ma mort. Lente? Rapide? Imprévue? Comment réagirais-je? J'en ai vu pleurer, supplier. Mais je n'ai pas peur. J'en ai vu se rebeller de toutes leur forces et chercher jusqu'à leur dernier souffle à échapper à la mort, en vain. D'autres se figer, hypnotisés par leur fin. D'autres encore se moquer de tout... J'ai vu tant de morts...
-Je... Je ne comprend pas monsieur.

Thrawn agita la main.

-Ce n'est pas grave... Ce que je veux dire c'est que j'étais persuadé que l'heure d'en finir viendrait depuis un certain temps mais que je trouve presque dommage de mourir maintenant. J'ai l’impression... D'avoir raté quelque chose. Ou de ne pas l'avoir encore fait. Et en même temps... Je n'ai derrière moi rien que des fantômes et des regrets... La mort c'est la fin de toutes ces choses. La fin du jeu. Et cela m’attriste au plus haut point.

Il frappa dans ses mains.

-Bon trêve de mélancolie. Tout le monde aux nacelles! Ils arrivent... Et on ne sera jamais assez loin pour être hors de portée.
-Et vous monsieur?
-Je reste au cas où le vaisseau s'en tire malgré tout, ou au pire pour vous faire gagner assez de temps pour fuir.... Hors de question d’abandonner mon equipage. Je suis le chef après tout, le responsable de ce gâchis.

Une alarme se mit à sonner. Le quartier maître hocha la tête et croisa les bras.

-Alors pas question que vous...

En contrebas de la passerelle tous les pilotes étaient partis. Pourtant aucun des officier ne bougea. Thrawn secoua la tête.

-C'est triste de mourir seul. Mais c'est plus triste encore d'être la cause de morts inutiles. Partez tous... Ce n'est pas grave.

Aucun ne réagit. Il soupira.

-Alors merci. Toutes les personnes que j'ai appelé mes amis sont mortes. Vous êtes les derniers... Et j'aurai détesté mourir seul.

Il eu un rire sans joie.

-Mais vous, pourquoi rester? Moi c'est mon devoir et au fond j'étais las de cette comédie qu'on appelle la vie. Vous avez sans doute une famille, des gens qui tiennent à vous... Des rêves à réaliser? Dites moi pourquoi. On a encore un peu du temps à tuer. Vaan?
-Thrawn... On va juste attendre de mourir comme ça?
-On a une chance infime de survie. Mais humainement il n'y a plus rien à faire. Pour ceux qui auraient changé d'avis, il reste des nacelles. Si vous vous dépéchez...

Personne ne bougea. Le quartier maître le fixa.

-Je n'aurai cru que vous soyez à ce point résigné face à la mort.

Thrawn souri.

-J'avoue avoir un peu exagéré. On avait nos chances mais l'amiral Cérèbe les a coulées par son baroud d'honneur. La plupart des commandants de Nirauran sont pourris jusqu'à l'os et auraient laissé leur flotte faire écran pendant qu'ils fuyaient. Drôle d'alliés que les nôtres vous ne trouvez pas? Et maintenant nous voila acculé. Notre dernière chance c'est que des renforts arrivent et ça, je n'y compte pas. Alors je ne vois pas de raison de nous s'agiter inutilement. Vous si?

Le quartier maître fit une grimace.

-Vu comme ça... Je m'y colle en premier? Ben je suis né sur Nirauran. Mon père était un vétéran de la guerre contre les abyssaux et ma mère vendeuse. J'ai grandi dans la cité 8 et depuis que je suis gamin je voyais passer les vaisseaux qui partaient du chantier spatial... J'ai toujours voulu voler en fait. Et puis mon père m'a pas mal aidé. Bref je suis rentré dans la marine. Je m'y suit fait pas mal d'amis... J'avais une fiancé aussi. Et puis il y eu la bataille de Nirauran. J'était sur la passerelle du vaisseau qui commandait la flotte de défense... Et l'amiral à pété les plombs. Il nous à fait sortir de la ligne de feu ennemie et les tirs qui nous étaient destinés ont finis sur cité 8 et cité 9. 10 000 morts. Dont mon père et ma fiancée, Julia. Alors après la bataille je suis allé voir le commandant dans ses quartiers. Je lui ai hurlé dessus. Il a sorti son arme... Je l'ai frappé... Encore et encore. A la fin il rampait, incapable de se mettre debout...

Il se plongea un instant dans ses souvenirs. Comme s'il revivait la scène.

-J'ai sorti mon arme. Je voulais vraiment le tuer, mais je n'ai pas pu. Les fusiller sont arrivés. On m'a mit au trou... On m'a dit que ma carrière était finie. Que je ne volerais plus jamais... Mes amis se sont détournés de moi.

Il releva la tête.

-Et puis un matin on m'a amené à vous. Vous vous moquiez de ce que j'avais fait. Vous m'avez rendu ma place et vous m'avez fait confiance. J'étais mort et vous m'avez offert une nouvelle vie. Alors si pour vous c'est la fin... Je ne vois pas de raison de partir d'ici.

Le commandant hocha la tête.

-Je vous ai accueilli parce que vous êtes un bon officier victime d'une injustice. Mais je crois maintenant que vous plus que ça. Vous êtes un ami. Merci.

Le quartier maître sourit.

-Merci monsieur...
-Navigateur Stahl?

Le grand homme appuyé sur la console haussa les épaules.

-Vous êtes un sacré commandant. J'en ai vu des officiers avant... Mais pas comme vous. Vous faites attention à vos hommes. Vous nous sortez de situations où n'importe quel autre nous aurait lâché Et vous restez mourir pour votre équipage. Alors je reste. De toute façon je me faisait vieux... Alors autant en finir en beauté, pas vrai?

Il éclata de rire.

-La mort et moi on à un rencard de toute façon, et je déteste faire attendre une dame... Fusse celle là.
-Je n'en attendait pas moins de vous...

Une explosion secoua le vaisseau et l'alarme s'intensifia. Thrawn soupira.

-Bien il semble qu'ils ne souhaitent pas nous laisser discuter. Mettez vos casques au cas ou ces combis marcheraient... Et rendez vous quelque part... Merci d'être resté jusqu'à la fin.
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Lun 4 Juil - 22:27 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant


_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Lun 4 Juil - 22:36 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 7: la fin

Orbite de Némésis, pont du traqueur "le foudroyant", fin de la bataille de Némésis, 20 ans avant le début de l'opération justice

Le verre blindé de la baie explosa, aspirant les officiers dans le vide, loin les uns des autres. Thrawn vit le vaisseau qui s'eloignait. Puis un tir de canon laser mit fin à la courte carrière du "foudroyant". Il regarda autour de lui.

"Et voilà... La partie est gagné et c'était la dernière. Je vais bientôt connaitre la paix. Ne plus se battre. Ne plus souffrir. Ne plus douter. C'est peut être ça le paradis?"

Une première fissure s'ouvrit dans la combinaison.

"Le froid... J'ai si froid..."

L'air s'echappait et Thrawn suffoquait. Une seconde fissure s'ouvrit.

"De l'air! J'ai mal... Ce froid... L'ombre..."

Un instant encore le corp s'agita dans un dernier sursaut de vie. Puis il mourru tout à fait.

Canal de communication des forces républicaines de Nirauran, 233ans après la révolution, fin de la bataille de Némésis

-PC appelle Thrawn. Commandant Thrawn?
-Ici le capitaine Gilad Peters du croiseur "Lumière de Nirauran", commandant par interim de la VIème flotte.
-PC, bien recu. Au rapport.
-La stratégie du commandant a réussie et l'ennemi a battus en retraite avec de lourdes pertes, dont l'amiral Cérèbe. Mais nous avons tout de même subis de gros dégats. De plus d'après les survivants du "foudrayant" le commandant Thrawn a préféré rester à bord de son vaisseau avec ses officiers, monsieur. Ils sont très probablement morts dans l'explosion du foudrayant.
-C'est une perte regrettable. Veillez à ce que son corps soit récupéré...
-Oui monsieur.
-Cependant... Il semble qu'à la faveur de l'attaque une révolte ai éclaté sur Némésis contre le régime, qui comme vous le savez nous est très favorable. Vous êtes les seuls sur place. Les rebelles ont mit la main sur cité 4. Le haut commandement a recu ordre de protéger le régime. Detruisez cité 4.
-Que nous... Mais c'est hors de question! Et les civils? Et tous les gars qui sont morts aujourd'hui pour les défendres?
-Ça ne m'enchante pas non plus. Mais ce sont les ordres. Executez vous ou vous serez mis aux arrêts!
-Allez vous faire foutre! Passez moi le grand amiral Hakka.
-Ce sont les ordres. Soldats, mettez le capitaine aux arrêts!

Un soldat s'avanca mais un de ses camarades colla son arme sur sa tempe. Les autres ne bougèrent pas.

-C'est de la trahison!
-Passez moi le grand amiral ou je ne fais rien.
-Je ne...
-Ici Hakka. Ces ordres viennent de l'ASG-corp, qui n'a pas à en donner sans passer par moi. Et moi je vous ordonne de rentrer au plus vite. Personne ne tire, compris?
-Oui monsieur. Merci monsieur. VIème flotte terminé.
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Mer 6 Juil - 12:07 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 08: plus qu'humain

Surface de Nirauran, Cité 1, locaux d'Exogen-corporation, 233 ans après la révolution, deux mois après la bataille de Némésis

-Alors le voila enfin... Une merveille.
-N'est ce pas? Le froid l'a parfaitement conservé. On dirait presque qu'il est encore en train de hurler de douleur... Au fait, j'ai presque finis les test que vous m'aviez demandé. Il présente des nombreuses similitudes avec un humain mais... Les différences apparaissent en fait au niveau génétique. De manière très poussée. Ça n'a rien d'une mutation naturelle comme on en observe parfois sur des colons exposés à d'autres environnements. On a cherché à créer un humain artificiellement amélioré. Il est plus rapide, plus resistant, plus fort. J'ai aussi détecté des modification cellulaires qui ressemblent à un cancer... Sauf qu'au lieu de dégénérer demanière anarchique, ses cellules se régénèrent.


Les deux hommes en blouses blanche discutaient dans une pièce moyenne, totalement hermétique et où s'alignait du materiel de haute technologie. Le centre de la pièce était occuppé par un caisson transparant où flottait un corp gelé. Thrawn. Le plus jeune des scientifique semblait tout excité par son sujet.

-Je crois que ce qui m'impréssionne le plus c'est la cohérence de l'ensemble. Vous voyez ses yeux sans pupilles? Ils me rappellent beaucoups des yeux à facettes, comme chez les insectes mais ils sont pensés pour élargir le spectre de vision normal.

Le scientifique au cheveux gris s'etrangla.

-Vous voulez dire qu'il pouvait voir dans les infrarouges?
-Oui... C'est pour ça qu'il n'a pas besoin de pupilles. Mais un oeil et un cerveau humain n'est pas supposé pouvoir manipuler les infrarouges. Le nerf optique, et même en partie le cerveau, ont étés modifiés très légérement pour que ça devienne possible. Et c'est pareil pour preque tout, du tube digestifs aux ongles!
-Passionant... Mais dangereux. Croyez moi Leroy, cette affaire sent mauvais. D'abord cette chose qui sort de nul part. Avant qu'il rejoigne la flotte on n'a rien sur lui! Rien, ni acte de naissance, ni famille ou amis... Pas même un fichier officium! Il a débarqué seul de son vaisseau sur Nirauran, passé le concours des officiers de la flotte et hop! Avant ça rien du tout. Il n'a même pas de nom juste ce "Thrawn" écrit sur son contrat d'engagement. Ensuite la direction d'Exogen nous dit qu'on a un nouveau type de mutant à observer et que le projet doit rester secret. Et voilà qu'on s'appercoit que "le mutant" en question est une machine à tuer fabriquée sur mesure. Je sent que cette histoire...
-Attendez une seconde docteur Tad... J'ai gardé le meilleur pour la fin. Ces tripatouillages génétiques ça me rappellait quelquechose. Les hélions et les drones biologiques abyssaux! Et bingo, les scientifiques qui les ont observés sont parvenus aux mêmes résultats quoi que l'emploi de ces deux espèces ait été manifestement différent.

Le docteur Tad eu un hoquet.

-Oui, vous avez raison! C'est le même travail de précision uniquement génétique... C'est à creuser... Poursuivons nos analyses en les orientant dans cette direction! Comparez aussi  avec les réplicants... Après tout ils découlent directement de ces extra-terrestres. Voyons si il ne s'agit pas d'une tentative de l'officium d'améliorer ses réplicants militaires... J'ai décidément vraiment eu raison de vous faire revenir de Némésis docteur Leroy! Un scientifique tel que vous n'avait pas sa place dans une petite filiale de l'Exogen-corporation.
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Mer 6 Juil - 12:28 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Remarque hors RP: pour une compréhension minimale du rp, consultez ala chronologie:
http://dera.ogameteam.com/t9-Base-stellaire-echo-du-passe.htm




Episode 9: un peu de culture dans un monde de brutes



Surface de Nirauran, Cité 1, quartiers intermédiaires, 233 ans après la révolution, deux mois après la bataille de Némésis

Le docteur Leroy quitta les locaux d'Exogen-corporation encore plus tard qu'à son habitude, des questions plein la tête. Il remarqua à peine le milicient d'ASG (Advanced Security Group)-corporation, qui dut lui courir après jusque dans la rue.

-Monsieur! Monsieur!

Le docteur se retourna, confus.

-Oh excusez moi j'étais si absorbé que...

L'homme le coupa.

-Ca va, pas grave. Je voulais juste vous dire de pas aller du côté du ghetto et du pont vers la cité inférieure.

Il cracha.

-Y a de la vermine en liberté là bas. Des saletés de replicans aussi. Quelques gars de l'ASG évitent qu'ils viennent par ici mais...
-Heu... Très bien. Merci, j'eviterai d'y passer.

L'homme gromela un "y a pas de quoi", saisi fermement la crosse moulée de son fusil et regarda autour de lui d'un air agressif avant de retourner sans se presser vers le vaste imeuble qu'occuppait les locaux d'Exogen-corporation. Leroy serra les pans de son manteau et reparti, distrait de ses traveaux. Comme beaucoup sur Nirauran, il n'aimait pas les miliciens de l'ASG. Outre leurs manières agressives, leur dedain pour les replicants, pauvres et autres défavorisés, il les voyait comme des occupants plus que comme des forces de sécurité. Le dr Leroy était fondamentalement quelqu'un de gentil pour qui la violence était une défaite de la civilisation. Mais les miliciens sur-armés de l'ASG l'employait sans compter, autant pour punir ceux qui leur déplaisait que pour demontrer leur pouvoir sans limite. Se montrer impoli, ou même froid avec eux était donc physiquement dangereux. Faire profil bas était quelque chose qu'on apprenait très vite sur Nirauran. Le jeune docteur marchait d'un pas vif vers son appartement, à deux rues de là. Il y parvint en moins d'une minute. Il grimpa les escaliers quatres à quatres et posa sa main sur la porte.

-Empreinte confirmé. Bienvenue.

Leroy entra. Il accrocha son manteau et referma la porte.

-Le chat? Où es tu encore fourré...

L'imeuble entier était composés de grands logements, mais il s'organisait comme une cité miniature. Dans la partie centrale on trouvait des espaces de gym, des gichets automatisés pour commander toute sorte de produits... Même un jardin sous la serre du toit. L'appartement lui même était fourni par Exogen. Habiter dans ce lieu agréable était des nombreux avantages que proccuraient les super corporations à leurs employés. Un havre dans le monde froid pluvieux et violent q'était la capitale de la république de Nirauran. Ce genre d'immeubles fleurissait ces derniers temps. Ce logement très particulier avait permis au jeune docteur de prendre un chat et de s'amenaneger un espace de vie infiniment plus confortable que la moyenne de ses concitoyens. Un luxe... Le docteur en restait pourtant à penser que s'isoler de la misère pour mieux la nier n'était pas une solution et il avait participé à plusieurs campagnes de soins dans les bas quartiers. Avant d'être rattrapé par son travail de biologiste.

-Le chat, appela il? Tant pis pour le calin de bienvenue alors... Je suis dans le bureau si tu change d'avis.

Il passa dans la pièce qui lui servait à travailler et mis en route son ordinateur personnel.

-Alors les abyssaux... Delta 06, accès au dossier abyssaux.

La voie feminine, robotisée et sans timbre lui répondit.


-Les abyssaux sont une race insectoïde, la troisième race intelligente connue en dehors des humains. D'après nos observations, leur race s'organise en deux sous groupes: les drones et les dominants. Cette race maitrise une technologie très avancée qui semble basée sur le mimétisme et l'observation. Ils disposent de vaissaux et savent utiliser l'hyperespace de manière bien plus avancée que nous, mais ils se cantonent aux espaces inconnus. La seule exeption à cette règle est la deuxième guerre universelle. Voulez vous en savoir plus?

Delta 06 était la dernière inovation de la Symatec-corporation, la plus puissante de toutes les super-corporations. Cette IA brassait l'imense quantité de données contenues sur le reseau et faisait office de moteur de recherche, encyclopédie et assistante virtuelle.

-Mmm... Delta 06, accès au dossier drones.


-Les drones sont une sous espèce des abyssaux. Les dominants semblent avoir modifié leurs codes génétiques pour donner naissance à des serviteurs parfaits. Ils sont de loin les plus nombreux (99,9% des specimens). De forme insectoïde les drones se deplacent sur 6 pattes et en utilisent 2 pour saisir les objets. Leur tête est munie de 8 yeux sans pupilles qui voient uniquement les rayonnements infrarouges...

"C'est comme l'autre... Ce Thrawn."

-... Les spécimens observés dépassent rarement le mètre. De couleur marron ils n'utilisent ni vetements, ni peintures. Les armes...
-Delta 06, accès au dossier guerre universelle.


-La seconde guerre universelle se déroula de 219 à 221. Elle opposa les forces coalisées levées par l'officium et l'armada des abyssaux. En 219 une armada de plusieurs millions de vaisseaux sort de l'hyperespace. On ne sait pas ce qui c'est passé lors des premiers contacts mais l'armada commence à raser toutes les colonies humaines du secteur. Face à la menace, l'officium lève sa propre armée. Plusieurs engagements ont lieu mais l'armada les remportes tous. La bataille decisive à lieu au dessus de la planète Némésis...

"C'est de là que le cadavre de Thrawn est censé provenir! Coïncidence?"

-... La flotte coalisé rassemblée par l'officium, plusieurs centaines de millions de soldats et des millions de vaisseaux, écrasa l'armada en un mois. La bataille deplaca la planète de son orbite et fit plus de 200 millions de morts humains. C'est à cette occasion qu'on observa les tactiques militaires utilisés par cette race et qu'on tentat d'en deduire un modèle de pensée. A l'issue de la bataille certains specimens furent capturés mais ils se laissairent systematiquement mourir comme les hélions. Leur technologie fut en grande partie detruite mais les principes tels que le generateur de champ graviton, ou étoile de la mort, en est un des nombreux heritage directs. Depuis la fin de la guerre on trouve encore des groupes d'abyssaux hors des systèmes, flottants dans l'espace inconnu. Il sont systematiquement hostiles. Quand à l'officium, cette victoire l'a definitivement placé en position de leader universel. Voulez vous en savoir plus?

Le dr Leroy se cala dans son fauteuil et bailla. Un dernier avant le repas...


-Delta 06, accès au dossier officium.
-L'officium fut crée par le premier empire juste après la guerre contre les hélions dans le but d'étudier ce que l'humanité pourrait tirer de ces deux races. Ses recherches aboutirent à la création des réplicants dont la rebellions est considérée comme la cause directe de la fin de l'empire Seul organe universel épargné par la revolution, l'officium imposa un ensemble de règles afin d'encadrer technologie mais aussi diplomatie, guerre... Ce sont les lois universelles auquelles chaque empire doit se plier. Depuis la deuxième guerre universelle l'officium dispose de la flotte coalisée pour imposer ces lois et en use parfois pour neutraliser les empereurs récalcitrant. L'officium entretient également une immense armée de réplicants militaires et conditionnés. La couleur de l'officium est le blanc.
-Ouuaaa... Fin de session.

La fenêtre disparue. Le docteur se leva de son fauteuil et marcha vers la cuisine.

-Ca va être l'heure de manger, le chat! Ce serai bien la première fois que tu raterai ton repas, espèce de goinfre!
-Miaou!

Leroy se dirigea vers la source du miaulement, le salon.

-Alors tu étais là, espèce de petit...

Sa phrase mourru sur ses lèvres. Une jeune femme se tenait confortablement assise dans un des fauteuils, le chat lové sur les genoux. Elle lui fit un grand sourire.

-Bonsoir docteur! Votre chat est adorable...
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Lun 15 Aoû - 23:18 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 10: surprise!


-Bonsoir docteur! Votre chat est adorable...


Le docteur Leroy resta figé plusieurs secondes, sidéré. Puis il se repris un peu.


-Qui êtes vous!? Que faites vous chez moi!? Et d'abord, comment êtes vous entrée?


L'inconnue poussa un soupir théâtral avant de répondre d'un air chagriné.


-Et voilà... C'est vraiment toujours la même chose... Pourquoi personne ne me dit quelque chose de gentil avant de me hurler dessus?
-Hein!?


Elle baissa le regard sur le chat dont elle grattait la tête.


-Des choses comme "bonsoir", "comment allez vous", "désirez vous une tasse de café"... Bref ce genre de chose que l'on dit couramment quand on reçoit de la visite.
-Hein!?
-Pour un intellectuel vous manquez singulièrement de répartie. Vous êtes bien le docteur Guillaume Leroy?
-Euh, oui mais...


L'inconnue releva la tête avec un grand sourire.


-Parfait! Alors pour répondre à votre question, je m'appelle Natalia et j'avais besoin de vous rencontrer en privé pour discuter d'une affaire. Et je suis entrée par la porte, comme tout le monde. Vous pensiez que j'était passé par où? Le conduit de la cheminée?


Elle rit, comme si sa dernière phrase contenait une plaisanterie qu'elle était la seule à comprendre. Le docteur fronça les sourcils, méfiant.


-Une... Affaire?


Elle redevint sérieuse.


-Oui, une affaire. Importante. Vous faites partie des gens ayant le profil que nous recherchons pour un... Travail disons... Particulier.
-Un travail? Vous êtes des super-corporations?


Natalia sourit.


-Pas du tout. En fait c'est plutôt l'inverse. Nous sommes la résistance.
-Rien que ça?
-Rien que ça.


Le docteur Leroy réfléchit un instant.
Même depuis la révolution, les Nirauran avaient gardés une culture profondément disciplinée. Le respect de l'ordre. Pourtant ces dernières années,  l’opposition à la "république" s'était accrue. Le système de "classes de citoyens" qui excluait du vote les trop pauvres du vote,la collusion entre le gouvernement et les super-corporations, la misère des quartiers de la cité basse tout cela alimentait la contestation. Pour autant aucun groupe terroriste n'avait vu le jour. Seul le "partis des oubliés" avait réussi à mobiliser le vent de révolte. Un jeune citoyen de la cité haute, fortuné, intelligent, instruit et ayant une carrière toute tracée dans une des super corporations avait décidé de créer un mouvement réclamant un renouveau démocratique: le partis des oubliés. Conrad Rmiss avait représenté un formidable espoir pour des centaines de milliers de laissé pour compte et d'idéalistes. L'histoire s'était mal finie: le gouvernement avait interdit le partis pour "appel à la violence" et voulu arrêter Rmiss, qui s'était réfugié dans la cité basse, où le pouvoir avait peu d'emprise. Depuis la tension s'était encore accrue.


-Je n'ai jamais entendu parler d'une "résistance", mademoiselle, répondit prudemment Leroy.


Le sourire de Natalia se modifia légèrement. Amusée.


-Nous existons depuis peu de temps... Mais croyez moi votre ignorance ne durera pas.


Elle fit descendre le chat de ses genoux.


-J'ai des... Amis qui aimeraient vous connaitre avant de vous confier ou non le projet. Il est indispensable que vous me suiviez...
-Et le couvre feu?


Elle se leva, et répondit sans cesser de sourire:


-Aux enfers, qui se soucie du couvre feu?
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Mar 16 Aoû - 18:30 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant


Episode 11: baladons nous sur Nirauran


Surface de Nirauran, Cité 1, quartiers intermédiaires, bloc 259, 233 ans après la révolution, deux mois après la bataille de Némésis


Natalia pianotait sur son avant bras l'air absent. Le docteur réfléchissait.


"Ce genre de comportements ne me ressemble pas... Suivre une inconnue sans aucune garantie ou explication... Elle doit faire partie du partis des oubliés. Je ne vois que ça. Elle a aussi parlé d'un projet capital. Pourquoi auraient ils besoin d'un biologiste? Peut être pour concevoir une arme... Non ce n'est pas le genre de Rmiss de menacer de s'en prendre au civils, il sait que ça lui ôterait tout crédit auprès de la population. Peut être une frange extrémiste? Ou un gang de la cité basse? J'ai beau retourner le problème dans tout les sens... Et puis il y a cette fille. Elle parait insouciante mais elle agit de manière très calculée... Je ne comprend pas comment elle connait mes opinions sur le système. Ca ne ressemble pas non plus à un agent provocateur... De toute façon je ne fais rien d'illégal. Mais méfiance..."


Le docteur jeta un regard vers la petite caméra logée à l'angle de la cabine. Les caméras étaient omniprésentes dans les quartiers intermédiaires et dans la cité haute, et la milice de l'ASG s'en servait massivement. Mais ils n'étaient jamais parvenus à en maintenir plus de quelques minutes dans la cité basse, qui du coup échappait à leur surveillance.


-Elle ne marche pas.


Le docteur sursauta. Il pensait qu'elle ne l'avait pas vu relever la tête.


-Vraiment?
-Un de nos amis réplicant à détruit le câble du poste de sécurité du bloc. Ces idiots de l'ASG ne s'en sont pas encore aperçu. Il leur a juste prétendu qu'il venait faire une maintenance et que le réseau serait coupé pour quelques heures.
-Vous prenez des risques mais vous êtes organisés.


Elle afficha un grand sourire.


-Cela vaut mieux. C'est un truc classique. Nous arrivons au rez de chaussé. J'ai repéré un milicien dans le hall en venant. A partir de maintenant  vous faites ce que je vous dit de faire et vous restez naturel. Vous ne me contredisez jamais. C'est clair? 
-Humpf.
-Et quittez cet air renfrogné ça ne vous va pas...


Les portes de l'ascenseur coulissèrent. Natalia attrapa le docteur par le bras et l’entraîna vers la sortie, mais une voix les obligea à stopper.


-Docteur! Attendez un instant...


Le milicien s'approcha. Comme tous les membres de l'ASG, il portait une cagoule, ce qui le rendait encore plus antipathiques à la population. Censée "protéger leur identité", elles leur permettaient surtout de comettre leur actes de brutalités sans risque de poursuite quelconque. L'homme s'arreta devant eux et posa la main sur  l'étui de son pistolet. Natalia ne broncha pas, au grand soulagement du docteur.


-Vous savez que c'est bientôt le couvre feu? Entre ces connard de la cité basse qui vienne mettre le bordel aux check point et la maintenance du réseau de caméra, ce n'est pas un bon moment pour sortir se promener... Et qui est votre amie? Il ne me semble pas l'avoir vue monter.


Le docteur hésita mais Natalia fut la plus rapide.


-Nous allons passer la soirée chez des amis... Nous dormirons sur place. C'est très gentil à vous de vous inquiéter, mais...


Elle se colla au docteur, qui se raidit.


-... Guillaume à si peu de temps libre pour sortir et il prend son travail tellement à coeur...


Elle lui fit un sourire charmeur. Le milicien fit la moue.


-Euh... C'est mon travail... Enfin bref je ne sais pas si je peux vous... Bah, quoi que, il y a pas mal de patrouilles dans le coin, c'est assez sur en fait. Euh, et bien bonne soirée alors...
-Bonsoir! Et bonne chance pour le reste de la soirée!


Natalia entraîna le docteur vers la sortie et fit un petit signe de la main au milicien avant de passer dans le sas menant vers la rue. La lourde porte blindée coulissa derrière eux. Le docteur se dégagea.


-Vous auriez pu trouver autre chose...


Elle éclata de rire.


-Oh ne faite pas le timide! Et puis il nous a laissé sortir sans encombre et n'a pas posé trop de question... En plus si j'ai besoin de revenir il me laissera entrer. Franchement je suis si moche que ça?
-Ce n'est pas...


Elle se raccrocha à lui.


-Alors tout va bien!


Le docteur se renfrogna.


"Elle est vraiment sans gène..."


Il regarda autour de lui en attendant l'ouverture de la seconde porte du sas. Agrémentée de quelques vases sur des piédestal et d'une peinture aux couleurs chaudes, le sas restait  un endroit désagréable: la limite entre la résidence douillette et sécurisée et un extérieur parfois hostile. Les sas permettaient de contrôler strictement ce et ceux qui entraient et sortaient. Le docteur se demanda quel stratagème Natalia avait put utiliser pour le contourner.


"Grace à la coupure du réseau? Au fait ça me semble un peu gros cette histoire de coupure, juste pour m'amener dans la cité basse incognito... Y aurait il d'autres invités?"


-Sommes nous plusieurs?
-Mais c'est que vous êtes perspicace à défaut d'être sociable! En effet il y a quelques autres "invités"... Vous verez ça à la zone noire. Notre QG.


Dans un raclement sourd la porte coulissa sur l’extérieur. L'air froid pénétra le sas. Ils sortirent. Natalia pris une longue inspiration.


-De l'air en boite... Mais pourquoi il fait si froid? Je croyais que les quartiers intermédiaires avaient un climat artificiel, demanda-elle?
-Vous n'êtes jamais sortie de la cité basse? Ah oui j'oubliais. Vous ne pouvez pas me le dire. Et bien les quartiers intermédiaires de cité 1 sont séparés en plusieurs centaines de blocs souterrains. Autrefois c'était des puis de mines. Les blocs sont dotés d'un ciel artificiel et un petit génie de l'Exo-gen corporations à pensé qu'installer un climat artificiel dans chaque bloc rendrait l'endroit plus agréable. Il y avait un défaut dans ces calculs: les gens respirent. Toute sa belle machinerie s'est déréglée et depuis les blocs doivent subir ce froid humide. Il ont projeté un faux ciel nuageux histoire d'aller avec. Je trouve l'histoire assez représentative de notre planète.
-Comment ça?


Le docteur leva les yeux vers le ciel gris.


-Ça partait d'une bonne idée mais ça tourne mal et au final, c'est un ratage complet. Même la terraformation de la surface de Nirauran s'est mal passée.
-J'ai vu ça en arrivant. D'ailleurs depuis, je comprend mieux l'expression "aussi précieux qu'un rayon de soleil sur Nirauran". Cette planète est un orage permanent.


Il marchèrent un moment en silence dans les rue grises. A cette heure les passants étaient rares, et les patrouilles de policier et miliciens plus nombreuses. Ils semblaient nerveux, sans doute à cause de l'absence de réseau et donc de leur drone de surveillance, caméras et autre arsenal automatisé. Le docteur réfléchissait encore à cette étrange rencontre, distrait de ses recherches au moins pour la soirée, lorsqu'il percuta brusquement un homme qui marchait dans l'autre sens. Il s'excusa, confus.


-Je vous prie de m'excuser j'étais distrait et...


L'homme en question portait un long manteau noir. En fait presque le même que Natalia. Il lui tendit la main.


-Pas grave. C'est moi qui vous ai heurté.


L'homme avait un visage dur et le docteur fut désagréablement surpris par la force de sa poigne. Natalia se tourna vers l'homme.


-Inutile de faire ton petit numéro, Kad. Le réseau est hors service et personne ne nous connais ici.
-Comme tu veux, Nat. Vous n'avez pas eu de problème?


"Ah. En fait il m'a percuté exprès juste pour ne pas eveiller les soupçons au cas où nous serions filmés. Un autre "résistant"?, pensa le docteur"


-Le garde de l'entrée de l’immeuble m'a vue avec le docteur. Occupe toi en. Efface aussi le registre des entrées et des sorties. Après tu nous rejoint et tu reste à distance.
-Pas de problème. Fait attention à toi.
-Toi aussi.


Kad repartit d'un pas rapide et disparu dans une ruelle. Le docteur se retourna vers Natalia, dont le sourire avait disparu dès le départ du dénommé Kad.


-Natalia? Tout va bien?


Elle reprit son expression joyeuse et insouciante.


-Oui oui!
-Qui était ce Kad?
-Un ami...
-Mais encore?


Elle éclata de rire et lui reprit le bras.


-Un ami!
-Je vois...


Ils se remirent en marche. Il n'y eu pas d'autres incidents sur le reste du parcours et ils arrivèrent rapidement au "pont".
Les différents blocs des quartiers intermédiaires étaient reliés entre eux par des ponts, sorte de tunnels magnétiques où circulaient des petites navettes. Des ponts spéciaux et très survéillés reliaient cité haute, cité basse et quartiers intermédiaires. Ce moyen de transport permettaient en théorie à l'ASG et à la police républicaine d’empêcher les passage non autorisés vers les zones sécurisées. En pratique la corruption ambiante détruisait toute chance de contrôler les transfert d'armes ou de personnes dangereuses. La police républicaine avait d’ailleurs eu beaucoup de mal à garder le contrôle des ponts menant vers la cité basse du fait des gangs qui se multipliaient dans l’immense grotte. En dehors des "ghetto"autour des ponts, la cité basse était une zone de complet non droit. L'ASG évitait d'y descendre depuis le désastre qui avait conclu sa dernière "opération anti-gang" .
Le docteur regarda le grand bâtiment bleu d'un air inquiet.


-Vous êtes sûre que ce n'est pas trop... Fréquenté?


Une cinquantaine de miliciens et autant de policiers contrôlaient en effet les derniers voyageur de la soirée qui se pressaient aux entrées. Un homme dans la foule semblait tenter de protester auprès d'un groupe de miliciens. Le ton monta et il se mit à faire de grand gestes. Sans avertissement, un milicien le frappa brutalement au ventre de la crosse de son fusil. Plusieurs autres se jetèrent sur lui et le menottèrent avant de le traîner à l'intérieur.Une scène quotidienne sur Nirauran.


-Venez, et faite bien ce que je vous dit. Tout ira bien.


Natalia s'approcha d'une des entrées réservée aux citoyens de classe 1. Le docteur la suivi, peu rassuré. Le système de "classe de citoyens" avait été instaurés sur demande des Super-corporations. Des 8 types de citoyens étaient exclus d'office les réplicants. Plus le chiffre était haut, moins vos revenus étaient élevés. Un citoyen de classe 8 serait contrôlé partout, ne pourrait jamais dépasser les quartiers intermédiaires et ne votait pas, alors que les citoyen de classe 1, se voyaient attribuer un logement dans la cité haute et jouissait de privilèges dignes d'une aristocratie. Rmiss était citoyen de classe 1 avant sa condamnation. Quand au docteur Leroy, son rang de classe 3 lui permettait à peine de visiter la cité haute et de voter.
Mais le respect due aux "classe 1" ne semblait pas faire partie des priorités de Natalia.


-Bonsoir, lança elle aux milicien en faction le plus gradé. Nous aimerions descendre dans le ghetto.
-Soir', répondit celui çi d'un ton rogue. Vous savez que cette entrée est réservée aux citoyens de classe 1?


Le milicien désigna du doigt l'autre entrée, et la longue file de passagers en attente.


-Sinon c'est cette file.


Natalia lui lança un autre de ses sourires charmeurs. Le docteur se fit la remarque qu'elle souriait presque tout le temps, un sourire à chaque fois différent selon ce qu'elle voulait exprimer. Elle fouilla dans la poche de son manteau.


-Je ne crois pas qu'il soit vraiment utile de contrôler nos accréditations. J'ai ici une dérogation... Et puis il n'y a personne. Soyez sympa... La file est longue et c'est bientôt le couvre feu.


Elle lui tendit un petit data-pad ainsi qu'une petite boite. Le data pad était vierge. Le milicien fronça les sourcils.


-En regardant bien, vous verrez que tout est en ordre.


Il ouvrit la boite. Le docteur entrevit des crédits. Le milicien sourit et tendit le data pad à Natalia en empochant la boite.

-En effet mademoiselle. Vous avez parfaitement raison, tout est en ordre. Bonne soirée.


Il se tourna vers ses hommes.


-C'est bon laissez les passer.


Natalia et le docteur entrèrent dans le poste de sécurité et se dirigèrent vers la navette réservée sous l'oeil mi envieux mi méprisant des autres passagers.
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Grand Amiral Thrawn
Autarque
Autarque

Hors ligne

Inscrit le: 03 Mai 2011
Messages: 620

MessagePosté le: Ven 19 Aoû - 16:09 (2011)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres Répondre en citant

Episode 12: hell's door

Le docteur regardait autour de lui, manifestement mal à l'aise. Il ne se sentait pas à sa place dans la navette quasiment vide. Natalia au contraire était parfaitement détendue.

-Vous devriez profiter du voyage... Je l'ai payé assez cher.
-Je n'aime pas être ici. C'est... Désagréable. Cet endroit est...
-Injuste? Insultant pour la masse? Tss... Profitez de ce confort. Inutile d'approuver le système pour ça.

Le docteur se laissa aller en arrière. C'était vrai que la navette était confortable. Sièges moelleux et espacé, toilettes, verrières panoramiques, terminal connecté à l'extra-net... Rien à voir avec les habitacles bondés et crasseux des navettes toutes classes. Ils fillaient à grandes vitesse en direction du sous sol. La cité basse avait été bâtie tardivement, dans une immense caverne naturelle. Elle n'était pas divisée en bloc, ce qui avait sans doute participé à la retraite progressive des forces de l'ordre et des services d'aide.
La navette commença à ralentir.

-Enfin arrivés, dit Natalia en s'étirant comme un chat. Pas trop tôt.


Surface de Nirauran, Cité 1, poste de sécurité 43, ghetto de la cité basse, 233 ans après la révolution, deux mois après la bataille de Némésis.

La navette s’immobilisa dans un petit poste de sécurité, situé à part de celui des citoyens de classe inférieurs. Trois policiers républicains à l'air fatigué attendaient en bas de la navette. Le docteur et Natalia descendirent à leur rencontre.

-Bonsoir madame, bonsoir monsieur. Bienvenue dans le ghetto. Je suis le sergent Dicks. Avez vous besoin d'être accompagnés? Les lieux ne sont pas très sûrs, notamment en ce moment. De plus nous...
-Lorem tibi, frater umbra. Salutant vos fraternitatis nigrum, articula lentement Natalia.

L'homme hésita un instant avant de répondre péniblement:

-Lorem ipsum dolor, soror umbra.

Il se tourna vers ses collègues.

-Ils travaille pour nous on laisse passer. Vous ne l'avez jamais vue, c'est clair? Le premier qui mentionne ça dans un rapport ou en parle à qui que ce soit gagne un aller simple pour la prochaine opération anti-gang.

Les deux policiers aciérèrent, vaguement inquiets. Natalia inclina la tête.

-Merci sergent. Soyez sûr que le commandant appréciera le geste. Bonne soirée.

Elle attrapa le docteur qu'elle tira vers le sas de sécurité. Dès que la porte fut refermée derrière eux, il se tourna vers elle.

-Du latin!?

Elle lui fit un grand sourire.

-J'aurai dû me douter qu'un scientifique comme vous parlerait un peu cette langue... En effet nos... Amis apprennent par coeur des phrases de reconnaissance en latin. Cela rend nos contacts imperméables pour les miliciens. Dicks en fait partie, pas ses deux acolytes, or je ne tiens pas à laisser de traces. Vous avez compris ce que nous...?
-"Je te salue, frère d'ombre. Et je te salue au nom des frères de l'ombre." Il a répondu:"Je te salue en retour, soeur d'ombre.", récita doctement Leroy.
-Impressionnant. Vous savez quoi dire si vous me perdez maintenant. Nous allons traverser le ghetto, restez près de moi. Il n'y pas que des amis ici, et c'est dangereux.

La porte sur l’extérieur s'ouvrit dans un chuintement. La première chose qui agressa le docteur, c'était l'odeur. Une odeur forte et désagréable, qu'il était parvenu à oublier depuis sa dernière visite. Même Natalia fronça le nez.

-Allons y...

Elle l’entraîna dans la foule cosmopolite qui se pressait autour des ponts du ghetto. Des miséreux. Des mendiants. Des réplicants. Des voleurs. Beaucoup de policiers aussi, mais pas de miliciens. Les grands immeubles étaient tagés, sales et manifestement délabrés. Des conduites de recyclage d'air vétustes soufflaient un vent fétide sur les passants, qui n'y prêtaient pour la plupart même pas attention. Seul outil technologique remplissant correctement son office: les projecteurs qui, miracle, projetaient une lumière artificielle sur l'ensemble de la cité depuis les hauteurs. Ils étaient sans doute trop hauts pour êtres vandalisés.

-On arrive bientôt à la limite du ghetto. Restez près de moi et laissez moi parler, souffla Natalia.

A mesure que Natalia et le docteur s'approchaient, la foule se faisait plus dense. Un check point était visible plus loin, lourdement défendu: tourelles fixes, barbelés, sac de sables, droïdes, caméras... Manifestement la police avait peur de ce qui pouvait venir de l'extérieur. Après une courte attente ils arrivèrent au niveau du passage proprement dit. Un policier peu causant les contrôla à l'aide d'un petit scanner à main. Apparament satisfait
 il les gratifia d'un "circulez" aussi joyeux qu'un jour de mauvais temps sur Nirauan. A savoir pas joyeux du tout.

-Il n'a même pas contrôlé nos bracelets d'accréditation, remarqua le docteur.
-Ils se moquent assez de ce qui sort du ghetto. Ce qui leur fait peur, c'est ce qui entre.

Après quelques centaines de mètres hors du ghetto, le docteur commença à voir des gens armés. Il fixa un colosse à la tenue cloutée et portant une mitraillette prolongée d'une baïonnette. L'homme lui lança un coup d'oeil mauvais et il jugea plus prudent de regarder ailleurs. Natalia lui montra un symbole complèxe peint sur l'un des batiment tout proche à la peinture rouge.

-Vous voyez ça? C'est la marque d'un gang. Les Grushan je crois. Ces gangs sont le cancer de la cité basse.
-Je sais, je suis déjà venus ici figurez vous. Pour des campagnes de soins à l'époque où l'Exogen en faisait encore. On devait les payer pour ne pas avoir trop d'ennuis. Certains sont bien organisés, d'autres non. Rien que des sales...

Un homme derrière eux attrapa le docteur par son col et le plaqua contre le mur.

-Alors comme ça on vieux d'en haut et on se croit supérieur hein? Des sales quoi? Allez vas y...

Il daigaina un couteau qu'il approcha du visage du docteur.

-Tu vas me filer tout ton fric pour commencer et puis...

Natalia lui tapota l'épaule.

-Vous devriez le lâcher. Simple conseil amical.
-Ta gueule la poufiasse!

Elle soupira et secoua la tête.

-Pourquoi en plus d'être stupide doivent ils toujours êtres grossiers?

Elle saisit brusquement l'homme par sa veste et le projeta en arrière. Il roula sur plusieurs mètres. Natalia se pencha vers le docteur pour l'aider à se relever.

-Pas de mal?
-Non merci.

L'homme ramassa son couteau et se remis sur ses pieds et se jeta sur Natalia, de dos.

-Attend un peu salope tu vas...!

La suite se déroula en une seconde. A une vitesse surhumaine, Natalia saisi la main qui tenait le couteau et la tordit tout en frappant du pied la cheville de l'agresseur, qui émit un craquement sec. La seconde d'avant l'homme attaquait et la suivante il était à genoux, la main emprisonnée dans une clé et la jambe cassée.

-Arrrrrrh... C'est qui cette...

Natalia accentua sa prise et se pencha face à lui sans cesser de  tordre, son visage tout prêt du sien. Ses yeux avaient virés au noir complet. Plus de blanc ni de pupille, rien qu'un noir profond.

-Chut... Tu vas encore te montrer impolis. Quand pensez vous docteur...

Elle ramassa le couteau de sa min libre et caressa la joue de l'homme avec la lame.

-... Ce genre de vie mérite elle un quelconque respect? Une quelconque pitié? Quel dessins Dieu pourrait il avoir pour cet être?

Sans attendre la réponse elle planta le couteau dans le mur derrière elle. Sa main revint presque instantanément sur la gorge du malchanceux voyou.

-Vie, même si tu ne le mérite pas. Si tu recroise mon chemin je n'hésiterai plus.
-Ou...Oui madame.

Elle lui brisa le poignet d'un geste sec et se releva. L'homme hurla et se recroquevilla en geignant. Natalia pris le docteur par le bras en souriant, ses yeux à nouveaux normaux.

-Vous venez?
_________________
Ce n'est pas la guerre qui salit l'idéal, c'est l'idéal qui purifie la guerre.

Thème musical:
<object type="application/x-shockwave-flash" data="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50" width="240" height="20"><param name="movie" value="http://www.archive-host.com/dewplayer-vol.swf?mp3=http://www.archive-host.com/files/1172907/210e7d58422dbf40f0f1fac21d4deb4c538679b4/signature_01.mp3&autostart=0&autoreplay=1&showtime=1&volume=50"></object>



Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:50 (2018)    Sujet du message: Chapitre 2: par delà les ombres

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum officiel de De revolutionibus orbium Index du Forum -> Espace public -> Base stellaire "écho du passé" -> Grand amiral Thrawn Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2  >
Page 1 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com